FC Villefranche Beaujolais

une ville, un territoire, notre fierté

Football Club
Villefranche Beaujolais

une ville, un territoire,
notre fierté


[ALAIN POCHAT]

Peux-tu nous faire un point sur la semaine d’entraînement et sur l’état du groupe avant la réception de Laval ?

La semaine s’est plutôt bien passée malgré l’état des terrains qui sont touchés dans une période de plus en plus difficile avec l’arrivée du froid et du mauvais temps. On cherche des solutions et on a demandé à Saint Georges de Reneins pour utiliser leur terrain une fois par semaine pour avoir de meilleures conditions et donner un peu d’air à notre terrain d’entraînement. On a démarré la semaine avec des retours vidéo sur Concarneau d’un côté mais aussi avec des images évoquant des points en match où on doit être plus performant, notamment sur l’aspect défensif lorsqu’on concède très peu d’occasions. Comme à Concarneau où on prend un but évitable alors qu’on était en surnombre. J’ai montré des images du très haut niveau style Ligue des Champions aux joueurs, avec des montages sur des systèmes défensifs mais aussi des petites parties montrant ce pouvait être l’engagement offensif et l’intensité à mettre dans la surface de réparation adverse. C’est des choses qu’on attend d’eux et il y a eu de bons retours lors de la semaine d’entraînement. Comme je l’ai déjà évoqué j’ai des joueurs à l’écoute et qui répondent bien, ils bossent bien. Au niveau du groupe, on a quand même perdu Désiré Segbé qui est parti en sélection du Bénin, cela nous fait une cartouche en moins. Et on a aussi perdu Maxime Jasse qui s’est blessé à la cheville hier à l’entraînement, on attend le retour du docteur mais on n’est pas très rassuré. C’était son dernier match de suspension vendredi et ça aurait été intéressant de l’avoir disponible pour les prochains matchs.

Est-ce que tu sens tes joueurs touchés après la tournure du match de Concarneau ?

Non je n’ai pas senti des joueurs abattus lors de cette semaine, ils sont très frustrés parce que ça ne sourit pas en leur faveur mais c’est une impression générale autour du groupe et du staff. Les scénarios ne tournent pas en notre faveur malgré le fait qu’on amène beaucoup d’investissement avec un certain nombre de situations créées. Je leur ai vraiment dit d’insister, on avait déjà vécu cela lors de la 1ère année en National et à force de persévérer, en gardant le fil conducteur du jeu, on s’en était sorti. Je pense que c’est la meilleure option pour faire évoluer les choses en notre faveur, continuer de produire du jeu en posant des problèmes à l’adversaire. Les joueurs ont conscience de cela et continuent de travailler avec l’état d’esprit qu’il faut, je ne suis pas inquiet.

Comment as-tu trouvé tes joueurs physiquement pendant le match face à Concarneau sachant que vous sortiez de 3 semaines sans compétition ?

On a quand même senti qu’il y avait des séquelles dues au COVID qui a touché l’effectif. Certains ont été très affectés durant 6 jours, je sais personnellement ce que cela peut générer et c’était compliqué de les retrouver avec une énergie optimale pour ce match. Malgré tout, je trouve que si le mental ne suit pas ça peut être encore plus violent mais les garçons sont tellement présents mentalement qu’ils ont été au bout d’eux-mêmes. On a certainement manqué de fraîcheur en fin de match mais cela ne nous a pas empêchés de pousser jusqu’au bout pour arracher l’égalisation.

Laval est une équipe qui a des difficultés offensives actuellement comme vous et ce depuis 5 matchs, est ce que tu penses que c’est une équipe qui souffre des mêmes maux que vous ?

Je n’ai pas vu tous les derniers matchs de cette équipe mais je sais que par moments, sur certains matchs elle a manqué d’efficacité. Il joue dans un système en 4-4-2 avec deux attaquants et c’est des associations de profil à trouver. Mais je ne vais pas m’occuper des problèmes de Laval, je vais déjà gérer ceux de mon équipe mais on sait que dans le football le plus dur c’est de marquer des buts. De notre côté sur ce point-là on sait qu’on a un gros déficit mais on a besoin de le corriger pour prendre des points. Les joueurs travaillent dessus à l’entraînement mais on ne doit pas se mettre une énorme pression face à la cage, c’est un équilibre à trouver face au but, il y a des choses à améliorer mais il ne faut pas faire une psychose là-dessus.

L’absence de Thomas Robinet chez l’adversaire est une bonne chose ?

On est bien resté en contact depuis son départ et on s’est écrit par SMS pour évoquer cela. Il était furieux de ne pas pouvoir revenir à Chouffet pour nous voir, je lui ai dit de mon côté que j’aurais été très heureux de le revoir aussi mais sur le plan sportif son absence ne me déplaît pas finalement. C’est un attaquant qui pèse, qui est généreux et qui est décisif donc c’est un atout en moins pour eux.

Laval est un gros calibre de la poule prétendant à la montée, es-tu surpris par leur début de saison ou du moins par leur période actuelle ?

Oui, leur président a mis le doigt dessus dernièrement en évoquant le fait qu’ils avaient pris 2 points sur 15 possibles je crois. Malheureusement il ne suffit pas d’avoir un nom, un passé et de faire un recrutement XXL pour performer en National. Il y a plein de paramètres qui rentrent en compte. On le voit bien chaque année et encore plus cette saison où c’est très homogène, très serré.

Comment analyses tu leur jeu ?

C’est une équipe qui aime travailler sur les transitions, qui est très en place dans leur système en 4-4-2 où ils travaillent bien en bloc. C’est l’avantage de cette tactique avec également des contres effectués en se servant des joueurs extérieurs en plus des deux attaquants. La difficulté pour eux est qu’ils sont deux au milieu alors que la plupart des équipes jouent avec 3. Ils ont une infériorité sur ce point-là mais en général ça reste une équipe avec beaucoup de qualités. On travaille de notre côté pour être prêt à travailler face à tous les systèmes de jeu.

Comment imagines-tu la rencontre à huis clos à Chouffet ?

On est malheureusement obligé de s’adapter avec ces nouvelles mesures. On l’a vu à Concarneau, cela fait très vide et ça résonne beaucoup. C’est triste comme à Concarneau où je sais que d’habitude, c’était un stade avec beaucoup d’ambiance et un public qui poussait mais le huis clos crée un contexte différent.

Conférence de presse d’avant match : FCVB vs Stade Lavallois

Retrouvez la conférence presse de notre coach Alain Pochat où ce dernier est revenu sur le dernier match effectué à Concarneau avant de se projeter sur celui de demain face à Laval au stade Armand Chouffet !

Share

12 Nov 2020

Mon panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0